Union Locale CFDT Tricastin

Hôpital de BOURG : le mouvement de grève est reconduit ce Mardi 23 mars

Les mouvements de grève à l'hôpital de BOURG St ANDEOL se poursuivent. Un débrayage est à nouveau programmé ce mardi 23 mars de 10 Heure à 15 heures. Des réunions de négociations ont eu lieu, mais n'ont apportées aucune évolution notable. La Direction (MONTELIMAR) déconsidère les revendications des salariés en jugeant les actions de grève disproportionnées par rapport "aux enjeux". Les Organisations Syndicales parmi lesquelles la CFDT lui répondent avec une lettre ouverte.

Voici le message des Organisations Syndicales




Objet: Lettre Ouverte

Bourg st Andéol le 17 mars 2021


Monsieur le directeur Général,

Nous avons bien reçu votre courriel du 15 mars 2021 et nous tenons à vous expliquer notre réaction que nous ne trouvons pas disproportionnée par rapport aux discussions que nous avons entamées, car nous ne pouvons pas nous contenter de paroles. Nous pensons que nous aurions de l’avancée beaucoup plus vite. Nous vous rappelons que c’est l'ensemble du personnel qui guide nos choix et vous devez entendre leur frustration.

Lors de la première réunion vous nous avez demandé de vous croire sur parole quant a l’arrêt des réorganisations, la réalité du terrain prouve le contraire.
Nous portons à votre connaissance que nous perdons chaque semaine des acquis sociaux et que la grève n'y change rien puisque nous continuons à en perdre malgré la gronde des agents.
Nous avons appris la semaine dernière que les IDE de l'EHPAD ne pouvaient plus poser que 15 jours d'affilés pendant leur congés d'été à la place des 3 semaines auparavant. Qu’on leur demande de faire a présent des horaires coupés.
Les agents de nuit ont également appris aujourd'hui a la lecture du planning, qu'ils allaient faire des postes en journée. Nous avons appris également par une note de service que le ticket repas acheté par les agents avait augmenté de 80 centimes. Même le ticket repas pour les agents en formation a été augmenté de 4€50. Qui met de l'eau sur le feu, qui calme les esprits ?
Nous sommes conscient que la situation financière de notre établissement n'est pas bonne, mais nous vous rappelons et nous le ferons à chaque fois, que nous n'en sommes pas responsable. Nous sommes conscient également des choix réglementaires de la direction mais nous pensons fermement que des solutions existent pour faire en sorte que tous soit heureux de la fonction publique hospitalière. Vous vouliez une mise à plat de nos revendications alors faites cessez ce climat délétère qui règne dans nos établissements en faisant en sorte que chaque décision soit entérinée par les instances que nous n'avons plus.

Vous nous comparez souvent à celui de Montélimar mais vous essayerez de nous expliquer pourquoi est-ce que la NBI n'est toujours rétablie de façon permanente en EHPAD alors que VOUS la versez aux agents de vos établissements. Pourquoi est-ce que cette annonce n'a toujours pas été entendue ?

Nous ne sommes pas d'accord lorsque vous nous dites en réunion que tout le monde va devoir faire des efforts, nous demandons à ce que chaque agent qui a perdu du salaire en janvier avec les suppressions de la direction, soit compensée par une prime légale. Nous comprenons que notre directeur veuille se mettre en conformité avec la loi mais comme il a été entendu lors de la première réunion, il existe 121 primes dans la fonction publique hospitalière et nous sommes certains que nous pouvons trouver un terrain d'entente pour faire en sorte que personne ne soit lésé. Nous souhaiterions que chaque agent retrouve le même pouvoir d'achat qu'il avait en décembre et que vous appliquiez la rétroactivité bien évidemment. Je vous rappelle que ce n'est pas simplement notre pouvoir d'achat que vous imputez mais également notre retraite avec la NBI. Nous appelons ca, la double peine.
D'ailleurs, nous souhaiterions connaître le montant exact des économies engendrées par la suppression de ces primes et bonifications et nous souhaiterions connaître l'ensemble des primes versées aux salariés parce que nous estimons que l'on pourrait peut-être avoir encore des surprises dans l'avenir. Si elles étaient mal distribuées avant, pourquoi pas plus tard?

C'est dans ce climat de suspicion, de remise en question permanente que les salariés travaillent en ce moment, ne sachant pas ce que chaque semaine va amener pour pouvoir faire des économies sur notre dos. Et l'expression sur notre dos est bien employée en sachant que c'est le pire mal du soignant. Celui-ci et celui de l'épuisement professionnel qui est grandissant dans nos établissements. Il serait intéressant de se pencher sur le nombre d'arrêt de travail qui est le reflet d'un bon vivre à n'en pas douter. Peut-être pourriez-vous nous donner des chiffres de façon à nous comparer avec le centre hospitalier de Montélimar ? C'est pour cela que nous réclamons depuis de nombreuses années, un audit sur les risques psycho-sociaux. Nous attendons toujours les PV des instances et le tableau des effectifs. Là aussi vous n’avez pas tenu parole. Vous voulez de la patience, mais combien de temps faut-il pour sortir un document et en faire quelques photocopies ?
Nous ne vous cachons pas que nous attendons beaucoup de ce tableau des effectifs qui va déterminer si les réorganisations dans les services se feront calmement, posément ou si l'on va encore demander aux salariés de faire des efforts considérables qui engendreront encore plus de frustration.
Il est temps de réfléchir tous ensemble à un pôle de remplacement qui évitera aux infirmiers comme aux Aide-soignants d'aller travailler un jour par ci et un jour par là. Ne croyez pas que les déplacements incessants de ces derniers mois, apportent de la qualité aux travail de nos soignants. Ce serait plutôt l'inverse. Nous espérons beaucoup de vos annonces de stagiairisation et de recrutement ainsi que l'arrêt des contrats précaires de façon à retrouver de l'attractivité.

Nous croyons en la formation qui fait défaut mais pas seulement en bas de l'échelle, Il serait temps d'avoir un son de cloche qui ne diffère pas en fonction de la personne de l'encadrement à qui nous nous adressons. Et ceci dans tellement de questionnement.

Il serait temps d'élaborer avec les organisations syndicales et la direction un protocole syndical que nous pourrions enfin signer et d'obtenir des réponses écrites à vos nouvelles annonces que nous espérons pour vendredi. Afin que l'ensemble du personnel retrouve une vie professionnelle sereine et que les choix de la direction fassent en sorte que sa vie personnelle le soit également. Nous sommes vigilants parce que nous estimons avoir été entendu mais que notre direction continue son plan d'austérité. Des salariés pleuraient encore vendredi après-midi alors que vous étiez venu le matin. Est-ce normal ?
Il serait temps de reconnaître le dévouement des agents de nos établissements qui donnent tous les jours au détriment de leur vie de famille.
Nous espérons encore et croyons toujours une sortie de crise mais Rapide. Les 3 organisations syndicales vous adressent leurs salutations les plus distinguées.

Voir le précédent article :
La section de l'hopital de BOURG St ANDEOL en grève Lundi 8 mars